mercredi 15 août 2012

Climat d'apaisement incontournable

Comme les jeux Olympique 2012 de Londres a pris fin, les férus de sport vont focaliser leur attention sur un sujet inévitable qui n’est autre que la politique, un volet qui figure parmi les actualités très suivies par les observateurs, même beaucoup disent en avoir ras-le-bol ? On ne peut pas s’en passer, surtout que beaucoup de chose se sont manifestées successivement ces derniers temps.

La face à face entre les deux principaux protagonistes politiques n’était qu’une perte temps et je dirai même un cinéma de soi-disant bonne volonté de résoudre la crise. Certes, j’ignore sincèrement ce qui est vraiment au fond de leur cœur, mais avec les résultats décevants, ils ne pensent évidemment qu’à leurs intérêts respectifs : - l’un n’a qu’une seule chose dans sa tête : le retour au pays le plus vite possible pour pouvoir se porter candidat à l’élection présidentiel et l’autre comme d’habitude ne pense qu’à s’accrocher au pouvoir et refuser par tous les moyens ce retour tant souhaité par son rival dans le sol malgache.

Qui croyait que cette réunion à deux et à huit clos allait donner un espoir de sortie de crise ?  La SADC peut être ? Car l’initiative vient d’eux. La SADC a mis des multitudes de solutions pour mettre un terme à la crise mais seule la feuille de route a permis d’alléger à la rigueur la situation avec la mise en place du gouvernement d’union nationale, les deux assemblées inutiles qui ne sont qu'un gaspillage et le CENIT, …mais une feuille de route qui reste toujours le fond de problème avec l’existence des deux articles 16 et 45 contradictoires.

 Aujourd’hui, la Sadc vient d’achever leur mission de consultations auprès des forces vives de la nation, ainsi que des entités politiques signataires de la feuille de route, en vue de présenter les idées récoltées au sommet de la sadc les 17 et 18 Août prochains pour pouvoir définitivement prendre une décision, plus précisément une sanction à l’endroit de l’un des 2 protagonistes constituant un blocage à la résolution de la crise. Après cette échéance, nous saurons qui sera finalement exclu de la scène politique, et qu’en seront-elles les réactions des partisans respectifs de celui qui sera sanctionné par la SADC? Rappelons que les consultations faites par la délégation conduite par Marius Fransman arrangent bien les entités signataires de la FDR, qui constituent en majorité des partisans de Andry Rajoelina. Nous savons bien également que la majeure partie des forces vives et entités politiques  épousent la cause d’Andry Rajoelina. Leur but est simple : pour préserver leur  sièges et divers avantages tout en restant non-élus.

 L’intransigeance du régime de la transition sur le refus du retour dans son pays natal du président évincé Marc Ravalomanana alimente des sujets de conversations au sein de l’opinion de publique, on se pose la question: le retour de Marc Ravalomanana au pays emmènera t’il la paix? Je répond : Bien sur que oui, on attend que son retour pour pouvoir rouvrir le robinet des aides financières de la part des bailleurs de fond, on attend depuis que l’application de l’article 16 stipulé dans la feuille de route. Pourquoi l’empêcher à tel point? Pourquoi le régime de transition a-t-il si peur de ce fondateur de l’empire Tiko ? Le régime en place se prévalait toujours de l’affaire du 7 février pour décourager le moral de l’ancien président et pour l’empêcher à tout prix de revenir au pays, le régime arrive même à utiliser les associations de la victime du 7 février à porter l’affaire devant le tribunal de l’Afrique du Sud,  mais il paraît en fait que le demandeur (victime du 7 février) a retiré leur plainte, une affaire à suivre…

Revenons un peu sur le calendrier électoral qui a été promulgué par la Cenit après concertation avec les experts des nations unies. Un calendrier que  certaines organisations et entités politiques trouvent encore quoi critiquer, les prétendants experts nationaux de Madeleine Ramaholisoa et consorts estiment que l’organisation d’une élection de cette année est faisable,  vont-ils user donc leur influence et  effectuer un lobbying pour  persuader la communauté internationale à rallier à leur point de vue et donner satisfaction à leur souhait et celui d’Andry Rajoelina d’effectuer une élection pour cette année ? Eh oui ! Tout le monde use tous ses moyens pour protéger leurs avantages.

Personnellement, avec la publication du calendrier électoral, il ne reste plus qu’à faire tout le nécessaire pour que l’élection puisse se tenir dans une condition d’APAISEMENT indispensable. Le climat d’apaisement inclut donc: le retour inconditionnel de Marc Ravalomanana, LA SAGESSE des forces armées, une transition réellement inclusive et consensuelle. Donc, une élection de cette année est inéluctablement impossible vue l’atmosphère actuellement tendue dans le pays, ne nous permettant pas du tout de la réaliser. 
 En attendant la suite des affaires politiques, je ne cesse de répéter que seule la TOLERANCE, la RECONCILIATION qui constituent des grands valeurs malgaches restent la seule et unique solution, si la patriotisme existe réellement, il est plus facile de faire preuve de TOLERANCE,  sinon c’est toujours l’égoïsme de sauver intérêt personnel qui persiste et demeure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire